__

__

   

Gérard Farasse
  

   
 

Gérard Farasse, qui enseigne la littérature française du XX° siècle à l’Université du Littoral-Côte d’Opale, est surtout connu pour ses études critiques sur Francis Ponge. Il est co-directeur de la Revue des Sciences Humaines (Université de Lille-III). Il s’adonne de temps à autres à des exercices de rêverie d’où il résulte parfois des proses quelconques.

Une série de textes inédits de Gérard Farasse sont publiés dans le n°5 de La Nouvelle Revue Moderne - "Le goût de la vie" (mars 2003) - sous le titre "odeurs dormantes". Voici l’un de ces textes :

 
         
________
Odeurs dormantes

A mon père, amputé d'une jambe, on avait appris, par dérision sans doute, le métier de cordonnier, qu'il n'exerça jamais. Il s'occupait de réparer les chaussures familiales, réputées coûteuses, avec un soin tout particulier. Le vocabulaire du métier, dont je n'ai pas l'usage, me reste. Je sais ce que c'est que forme, embauchoir, semence, empeigne, alêne, tranchet. Vêtu d'un tablier bleu à large poche, les lèvres pincées sur les semences, il se penche dans mon souvenir vers la chaussure qu'il a retournée sur le pied de fer pour la ressemeler. C'est un partisan du cloué plutôt que du cousu. Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse fait état de la controverse qui oppose les tenants de l'un ou l'autre style dans son article cordonnerie. Mais il utilise aussi l'alêne pour recoudre les cartables, début octobre: il ne néglige jamais de bien graisser son fil en lin très résistant. Il renforce les talons en les bordant de fers en croissant de lune plus lumineux que l'astre. Quel plaisir de freiner des quatre fers afin de racler les pavés et d'en faire jaillir des gerbes d'étincelles! Chaque soir, il fallait cirer les chaussures et les faire luire au lever du jour. Elles étaient éternelles. J'entretiens avec l'odeur du cuir — si forte, presque suffocante — une complicité qui date de l'enfance. Mon père aimait à rappeler que, jeune homme, il en avait usé, des chaussures, à danser jusqu'au matin dans les bals de Cambrai et des alentours.
              Il aurait aimé que je sache danser.

Gérard Farasse
La NR n°5 - Mars 2003
 

Gérard Farasse sur le site de la NRM :

 

 

 

Voir également :

 

_________________

Bibliographie

  • L'Âne musicien - Gallimard, collection "NRF-essais", 1996.
  • Empreintes, Presses Universitaires du Septentrion, collection "Objet", 1998
  • Guide d'un petit voyage dans l'oeuvre de Francis Ponge (en collaboration avec Bernard Veck ) - Presses universitaires du Septentrion. Collection "Savoir mieux", 1999.
  • Amour de lecteur - Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, collection "Objet", 2001.
  • Exercices de rêverie - collection "Un petit siècle épatant", 2004 - Ed. L'Improviste, 13 bd de Belleville 75011 PARIS. http://www.limproviste.com
Gérard Farasse a collaboré à de nombreuses revues dont Communication, Europe, L’infini, Littérature, Le Nouveau Recueil, La Nouvelle Revue Française.

____

Liens :

Le Nouveau Recueil a publié dans son n°52 (septembre 1999) cinq exercices de rêverie de Gérard Farasse.

A découvrir sur le site de la revue :
http://www.lenouveaurecueil.com

ou sur le site des Editions l'Improviste :
http://www.limproviste.com

voir également :
"La photo retrouvée"

 

      

 E-Mail : Gerard.Farasse@univ-littoral.fr

 

           

 

______________________