Extraits de  Les vaches adorent les chiens  

 

Une fleuriste

Il adorait flâner pour flairer
les peaux douces des jolies femelles
les approcher jusqu'à sentir leurs seins
durs et savoureux tendus vers les caresses

Le désir léger se promène et plane
enveloppant les êtres dans un charme diffus
le sexe rêve devant sa nourriture
on voudrait sous la dent
autre chose que du vent

Une marchande propose des sardines
une fleuriste vend des violettes
la carpe la rose et les jupons
vont si bien ensemble

Le flibustier repart vers la mer
le marronnier donne des marrons
que chacun dans le plaisir
de l'amourette s'en aille flâner.

 

 

 

Le canard

Superbement assis à une loge
avec une Andalouse coiffée d'un passe-montagne
un fumiste appréciait une belle ritournelle
dans une opérette effilochée
qui sortait par la fenêtre à mesure

Un dément se mit à chanter
couvrant la voix des interprètes
il fulmina les yeux hors des orbites
un cocher le rabroua honteusement
l'Andalouse verdit sous sa coiffure
lui tourna ostensiblement le dos
et lâcha même un pet

Il chercha un subterfuge pour sortir d'embarras
prit dans sa poche une loche
qu'il lança sur scène dans les cheveux
d'une belle actrice brune qui se pâma bouche ouverte
et s'étrangla d'indignation dans une débandade effrénée

Un type énervé l'abattit avec sa carabine
il quitta ainsi le siège où il était assis
tel un crapaud bondissant.


 

Le sagouin

Le chômage guettait un véliplanchiste
qui avait trop négligé son élevage d'escargots
mettant quasiment sa famille sur le foin
étape obligée avant la paille
voletant déjà au vent d'automne

Il s'associa à un sagouin pour véhiculer
sur un palanquin une sainte nitouche
très belle personne assez joufflue
distante mais pondéralement présente
pour les bras faiblards des porteurs

Ils trébuchèrent dans une ornière
et se retrouvèrent les quatre fers en l'air
la mignonne déchue offrant son cul
au regard ému des tristes sires.

 

 
L'herbe rare

Une galéjade souvent vulgaire envahit les ondes

Certaines galipettes manquent de dignité

Si tu mets un jeton dans la machine à fabriquer des corniauds
faut pas t'étonner si tu vois venir un jars
en lieu et place d'une dinde

Un gendarme bien trop timide
voulait décolorer des carottes
à l'eau de javel

Il avait oublié son slip
dans les catacombes

J'eus alors un rêve de descente de lit
peuplé de soutiens-gorge et de culottes

Les singeries

Il chante sa copine la camarde
son nez camus perçoit les odeurs à venir
toutes très agréables

Il navigue sur les rambardes des paquebots
laisse sa peau dans les embruns
pour les mouettes et les canards

La façade lézardée les murs sans illusions
ouvrent un futur dégagé
où l'on pourra remuer sans gêne
respirer aller loin enjambant l'horizon

Mais un pinson se plaint sous son acné
son costume est trop étriqué
il craint le suicide la drogue
et les singeries des casernes.

 

Un goret

Un goret devint amoureux d'une jument
il ne pensait plus qu'à elle et son amour
fut partagé au-delà de toute espérance
ce fut le coup de foutre parfait

Ils s'en allèrent patauger dans la même pataugeoire
se vautrer dans la fange avec délices
sucer le même caramel chanter la même romance
planer en aile delta sur l'horizon radieux

Le peuple séduit applaudit au triomphe
de ces humaines et admirables bêtes
les rossignols les fleurs le bleu d'azur
le miel le chocolat offraient la musique

Ils n'eurent pas de bébés gorets
simplement du soleil dans les yeux
le marinier sur sa chaloupe qui passe
en fut tout attendri

Alfonso Jimenez
La NRM  hors-série n°5