-
 
Le poète que l'on n'attendait pas
 

     Amie lectrice, tu trouveras ci-dessous une citation que tu n'attendais pas. Elle est de Stendhal au début de Lucien Leuwen : "Ami lecteur, songez à ne pas passer votre vie à haïr et à avoir peur."
     Quoique haïr, parfois, puisse conserver quelque nécessité - haïr la haine, par exemple - le poète, dont une partie de l'œuvre visible sera donnée ici, n'est pas un bon objet pour ce sentiment extrême, et ses surprenantes autant qu'indubitables qualités ne devraient pas faire peur.
     Rapilly est le poète que l'on n'attendait pas. Il est celui qui a déjà accompli certaines choses très invraisemblables et qu'il aura été le seul à faire, tout entouré qu'il soit de ces pointus oulipophiles qui ne craignent aucune formalité extrême. Je rappelle seulement qu'il est l'auteur de dix millions de sonnets palindromes Être venu damer Icare, encore inédit, dont j'ai fait ailleurs et l'an dernier l'éloge dans Tangente, hors série n°28.
     Dans le choix qui se trouve ici, lectrice, tu n'auras pas peur de trouver et d'apprécier une façon de toucher au plus central du travail poétique : viser tout de suite au plus difficile de l'exécution sans laisser la moindre place au découragement par avance ou post coïtum poeticum. Il est une maxime axiomatique, qui m'a souvent servi (en me forçant un peu) : "Impossible n'est pas oulipien". Elle est chez Robert Rapilly, me semble-t-il, comme allant de soi. Le "Sonnet rapporté d'après Remémoration d'amis belges" ou encore l' "Origami" sont là pour renouveler le damage de pion d'Icare, le dameur lui-même ne se contentant pas, primo de voler, deusio de ne pas se casser la gueule, mais encore de planer dans les airs de ce presque-pas-de-sens qui est aussi éloigné du nonsense que du sens de bois.
      Rapilly a tâté de la musique comme de la peinture (il n'en a pas fini, d'ailleurs), et cela n'est pas étranger à sa façon de ne laisser à la poésie que ce qui en est le vrai noyau : la conjugaison nécessaire des éléments rythmiques dans une forme aboutie d'être préexistante, si l'on veut bien accepter la contradiction. Il le fait avec un chant qui tient de celui des poètes du XVe siècle et de Mallarmé, drôle de mélange très personnel dans tous ces cadres qui n'ont pas l'air de l'autoriser.
     Mallarmé n'aura pas été au bout de bien de ses intuitions. Robert Rapilly est là pour les continuer en bon suiveur rationnel et complet, ce qui n'est pas une tare mais une modestie qui promet.
     L'inventeur du "gestomètre", le poète aux quatrains imparables, le virtuose du palindrome, non pour le seul exploit mais pour y trouver, par exemple :

Ouïr implique amitié neuve

est à lire avec attention, à écouter couche après couche, à aimer comme tel et, une dernière fois, amie lectrice, à ne pas craindre.

Jacques Jouet
La NRM  n°21 - Printemps 2008

 

 

Les 10 millions de sonnets palindromes de Robert Rapilly sont accessibles sous une forme ludique sur le site :
http://blackbanzai.free.fr

Poèmes, peintures, dessins, photos et liaisons oulipiennes vous attendent sur le blogue de Robert Rapilly : http://robert.rapilly.free.fr

Robert Rapilly sur le site de la NRM...

 

Retour au sommaire.