À Philippe G. Brahy

"Lorsque de Roi des Cons
on me proclame Empereur
tu en ris, ô Brahy !

N'oublie pas bon ami
qu'en règle générale
un Philippe trop éteint
peut passer Maréchal."

JEAN L'ANSELME

 

 

À Jean L'Anselme

Se proclamer Jean L'Empereur
après s'être fait - Roi des Cons ;
voilà, L'Anselme, un honneur
que nombre de Jean guigneront
et que n'eût pas renié Gaston !

Que tous les Jean, ici, se lèvent…
(VOUS-VOUS APPELEZ JEAN, MADAME ?)
Allez ! Comptez-moi tous ces cons.
Je ne vois guère beaucoup d'élèves
pour former un empire fécond
de ces Jean-foutre. Oh ! que non !

Mais s'affubler en Général
- Grand et bon teint - du tac au tac
ou, tel que Brahy, Maréchal…
voilà l'ami - coup de Jarnac -
qu'eut certes célébré Chaissac !

Que tous se lèvent, en général…
(VOUS ETES G ÉNÉRAL, MADAME ?)
Nous voilà beaucoup plus nombreux !
Comme Dali, je suis génial !
Où sont les cons, Jean, parmi eux ?
Va ! Compte-les si tu le peux !

Qui, du Roi ou du Général,
sut le mieux édifier l'empire
et soulever cette salle ?
Demandons leur, Jean, de nous dire :
Lequel, de nous deux, empire ?

Du Maréchal ou de l'Empereur,
lequel faudrait-il applaudir ?
Ah ! Ah ! Le voilà qu'il prend peur !
Mais, faut-il te le dire, redire
Encor, c'est toi, Jean, pour finir
qu'ils adorent.

Un con c'est un con !
Vois comme ces gens pâlissent et
d'autres qui disent :
"Un quart d'heure avant de lire
Il se taisait encor".

PHILIPPE G. BRAHY

 

 

 

 

 

Vous pouvez voir d'autres dessins sur le site de Philippe G. Brahy :
Nez à nez
http://www.waibe.fr/sites/philippegbrahy/index.php