1er février 2005   

4ème année
Hors série n°5

 

 

Alfonso Jimenez : humour et poésie

 

Au fil des derniers numéros de la Nouvelle Revue Moderne, nos lecteurs ont pu faire la connaissance d'Alfonso Jimenez, en qui son premier éditeur, Guy Chambelland, voyait " un des grands de l'humour poétique ". Souvent construits en équilibre entre fable et dérision, ses textes ont une verdeur et une liberté de ton dont le secret semblait égaré depuis Jarry et son pitre Ubu.

Alfonso Jimenez est de ceux qui ont le rare talent de savoir délirer juste. Il s'inscrit dans une tradition minoritaire, mais ancienne et toujours vivace de la littérature française que Norge, cet autre poète du sourire, appelait " le côté rabelaisien (…) où le tragique est farci de farces " et où " la farce est le complément de la gravité ". Se décrivant lui-même " comme un chien dans un jeu de quilles ", Alfonso Jimenez bouscule les règles de la poésie sérieuse. Il en rit, mais son rire dépasse le simple divertissement, comme l’a bien vu Claude Vercey dans la lettre-préface qui introduit ce numéro spécial.

La sélection de textes que je vous propose, réalisée avec l'aide et l'accord de l'auteur, rassemble des poèmes cueillis dans des recueils devenus introuvables (Beau comme un crapaud, Hélas ! Frères canards !…) et des inédits extraits de livres à paraître. Des collages, des dessins originaux et des silhouettes animales viennent agrémenter cet ensemble qui vous permettra de découvrir le très riche bestiaire du fabuliste Alfonso Jimenez. Mouches, éléphants, escargots, limaces, rats, cafards, poules, canards, chèvres, gorets, juments, pommes de terre, pantoufles, chiens et girafes ici rassemblés dans une belle cacophonie ne manqueront pas de vous donner envie de vous mettre à l'affût de ses prochaines parutions !

PHILIPPE LEMAIRE

 
 
 

Retour au sommaire.