LE CROQUEMORT ET LA FOURMI

Pour savoir si son mort
c'était bien vrai qu'il était mort,
un croquemort n'avait pas son pareil
pour lui mordiller les orteils.
Mais son mort, un dur à cuire,
peu chaud de demeurer sur terre,
fit le mort et resta froid
à l'épreuve qu'il devait subir.
Il resta ainsi, imperturbable,
entêté et inébranlable
lorsqu'une fourmi insolente
pour rire lui chatouilla la plante.
Le mort, alors, s'est détendu
envoyant le croqueur sur le cul.

On trouve toujours un abruti
pour vous emmerder dans la vie.


Jean L'Anselme
Poème inédit
La NRM  n°29  - Printemps 2012